Les petits chiens de ces dames

Front Cover
A. de Vresse, 1856 - 288 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 272 - Au nom de tout ce que tu as de plus sacré, au nom de ma suprême douleur, mon bien-aimé, ne fais pas de fausse générosité avec moi, ne déchire pas ton propre cœur en voulant épargner le mien.
Page 141 - C'est que Dieu envoie ses anges aux malheureux, répondit-il en la regardant. — une confession entière de vos fautes pourra les racheter. — Pour cela il faudrait les connaître , et dans les courses aventureuses sur toutes les terres où le vent a poussé mon drapeau, je n'ai guère eu le temps de me recueillir et de me juger moi-même. Je ne sais vraiment si dans mes actes j'ai été l'arme dont se servait un mauvais esprit ou l'instrument d'une haute pensée.
Page 240 - Mon voyage est gratuit : quand il y en a pour un, il y en a pour deux, et nous ferons la route payant chacun demiplace comme deux gros enfants au-dessous de sept ans.
Page 2 - Grève , où il espérait encore qu'il serait délivré par ses compagnons, il jeta les yeux autour de lui, et, ne voyant que le bourreau et les gardes , il se fit conduire à l'hôtel-de-ville , où il avoua tous ses brigandages, et nomma ses nombreux complices, qui , pour la plupart , furent arrêtés. Cartouche fut exécuté le 28 novembre 1721.
Page 175 - Il faut traverser d'immenses corridors , ouvrir une foule de portes sans connaître d'avance la clé qui doit être appliquée à la serrure , descendre des escaliers tortueux et franchir grand nombre de pièces et de vestibules; si, pendant cet espace de temps, un de ces trois hommes s'éveille, il donne l'alarme : tout est perdu; et , de par la hache et les bourreaux, les prisonniers paieront cher leur audace. Mandrin . le brave chef, le noble cœur, résout surle-champ de protéger la fuite de...
Page 63 - ... de son attitude, tout annonçait qu'il était livré depuis quelques instants à cette méditation profonde dans laquelle on le voyait avec étonnement plongé depuis plusieurs jours. Une de ses mains servait de point d'appui à son front; l'autre soutenait encore contre son genou la tige d'une magnifique pipe d'ambre dont le foyer éteint laissait évanouir dans l'air son dernier flot de vapeur; sans cet accessoire, qui était pour ainsi dire l'attribut du contrebandier, Mandrin eût plutôt...
Page 227 - Galanre commençait à envelopper la terre de ses ombres. La petite troupe de Mandrin se remit donc en marche, cherchant les endroits les plus couverts, et se séparant pour ne pas attirer l'attention. Le site était affreux ; il n'y avait de tous côtés que des roches enlacées, hérissées d'épines, et des précipices sans fond. En même temps, le ciel était effrayant. Pour des hommes accoutumés au langage de la solitude, les lignes enflammées de l'horizon, le cri des animaux nocturnes, le...
Page 219 - Bruneau se leva et vint au-devant de lui. — Où est la troupe? dit le capitaine. J'avais ordonné qu'on vînt m'attendre ici. — La troupe, la voilà, dit Bruneau en montrant ses compagnons : six hommes au lieu de six cents; mais c'est égal, elle y est. — Quant à ce qui est de vous attendre ici, capitaine, dit un autre bandit, nous y sommes venus, quoiqu'à notre compte l'ennemi doive y être bientôt aussi. — Oh! mes soldats ! s'écria Mandrin en frappant son front de désespoir. — Ils...
Page 63 - ... des glaces de Venise, des armes magnifiques, des pipes orientales; de toutes parts se montraient des vases du Japon, des urnes garnies de fleurs, des cassolettes de parfums; de la voûte descendait une lampe de vermeil, chef-d'œuvre enlevé à quelque saint temple, qui éclairait maintenant une caverne de brigand. Mandrin se leva et approcha de ses lèvres ce petit sifflet d'argent qui appartenait autrefois à la noblesse, et qui fut depuis entièrement affecté aux voleurs. A la même minute,...
Page 132 - Au fond de cette réverbération éblouissante, la beauté régulière et animée du jeune homme se rehaussait encore de plus d'éclat. Comme le sopha sur lequel ils étaient assis tous deux était, ainsi que le lit, drapé d'une étoffe blanche, que retenait au sommet une couronne de comte, la figure de d'Alvimar se montrait dans le miroir couronnée de ce riche blason. — Regardez, dit Isaure, comme cette couronne fait bien au-dessus de votre front!... C'est que vraiment, monseigneur, votre tête...

Bibliographic information