De Wachter, Volume 2

Front Cover
A.B. van den Heuvel, 1872 - Christianity and literature
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 391 - O, for a muse of fire, that would ascend The brightest heaven of invention ! A kingdom for a stage, princes to act, And monarchs to behold the swelling scene...
Page 239 - La Terre est aussi vieille, aussi dégénérée. Elle branle une tête aussi désespérée, Que lorsque Jean parut sur le sable des mers, Et que la moribonde à sa parole sainte Tressaillant tout à coup comme une femme enceinte, Sentit bondir en elle un nouvel univers. Les jours sont revenus de Claude et de Tibère...
Page 366 - J'ai vu le temps où ma jeunesse Sur mes lèvres était sans cesse Prête à chanter comme un oiseau. Mais j'ai souffert un dur martyre , Et le moins que j'en pourrais dire , Si je l'essayais sur ma lyre, La briserait comme un roseau.
Page 326 - Sans regretter son sang qui coule goutte à goutte, Le pin verse son baume et sa sève qui bout, Et se tient toujours droit sur le bord de la route, Comme un soldat blessé qui veut mourir debout.
Page 301 - Vorstellung direct nicht herbeiführen kann, weil es selbst unfrei gegen den Willen ist, schafft es die Emancipation der Vorstellung durch das Bewusstsein, indem es in der Individuation den Willen so zersplittert, dass seine gesonderten Richtungen sich gegen einander wenden. Das Logische leitet den Weltprocess auf das Weiseste zu dem Ziele der möglichsten Bewusstseinsentwickelung, wo anlangend das Bewusstsein genügt, um das gesammte actuelle Wollen in das Nichts zurückzuschleudern , womit der...
Page 366 - Oh ! la nuit froide ! oh ! la nuit douloureuse ! Ma main bondit sur mon sein palpitant. Qui frappe ainsi dans ma poitrine creuse? Quels sont ces coups sinistres qu'on entend? Qu'es-tu? qu'es-tu ? parle, ô monstre indomptable Qui te débats, en mes flancs enfermé?... Une voix dit, une voix lamentable : « Je suis ton cœur, et je n'ai pas aimé...
Page 239 - ... le sable des mers, Et que la moribonde, à sa parole sainte Tressaillant tout à coup comme une femme enceinte, Sentit bondir en elle un nouvel univers. Les jours sont revenus de. Claude et de Tibère ; Tout ici, comme alors, est mort avec le temps, Et Saturne est au bout du sang de ses enfants ; Mais l'espérance humaine est lasse d'être mère, Et, le sein tout meurtri d'avoir tant allaité, Elle fait son repos de sa stérilité.
Page 252 - Jezus zeide tot hem : Ik ben de weg, en de waarheid, en het leven. Niemand komt tot den Vader dan door mij.
Page 64 - A HENRI V J'étais adolescent quand vous étiez enfant; J'ai sur votre berceau fragile et triomphant Chanté mon chant d'aurore; et le vent de l'abîme Depuis nous a jetés chacun sur une cime, Car le malheur, lieu sombre où le sort nous admet, Étant battu de coups de foudre, est un sommet. Le gouffre est entre nous comme entre les deux pôles. Vous avez le manteau de roi sur les épaules Et dans la main le sceptre, éblouissant jadis...
Page 366 - I 6 la nuit douloureuse ! Ma main bondit sur mon sein palpitant ; Qui frappe ainsi dans ma poitrine creuse, Quels sont ces coups sinistres qu'on entend]? Qu'es-tu? qu'es-tu? Parle, ô monstre indomptable Qui te débats en mes flancs enfermé! Une voix dit, une voix lamentable : « Je suis ton cœur, et je n'ai pas aimé!

Bibliographic information